BGR

HumaniDem
Le blog politique de BGR

Flux des articles    Flux des commentaires

Abonnement gratuit

Contact HumaniDem

Vendredi 6 novembre 2009

De Kyoto à Copenhague (4/4)

HumaniDem

Bonjour,

Après trois articles sur l’état des lieux à propos du réchauffement climatique (1), sur les premiers efforts consentis à l’occasion du protocole de Kyoto (2) et sur la situation quelques semaines avant la Conférence de Copenhague (3), voici le dernier volet, consacré aux différentes actions envisageables pour participer à la lutte contre ce qui pourrait devenir un chaos climatique si nous n’y prenons garde.

Agir au niveau mondial, européen et national

Au niveau mondial, le protocole de Copenhague doit être le point de départ d’une politique climatique beaucoup plus ambitieuse et beaucoup plus universelle que celle qui avait été décidée à Kyoto. Il ne reste que quelques semaines pour que les Nations trouvent un accord à cet effet. Les diplomates se réunissent actuellement à Barcelone pour définir les ultimes clauses d’un accord.

Au niveau européen, les 27 pays de l’Union doivent poursuivre l’effort entrepris pour convaincre la communauté internationale. L’accord des « trois 20 » pour 2020 est encourageant, mais nous devons veiller à ce que le consensus ne soit pas entaché par des divisions, notamment à propos des questions de financement.

Au niveau national, le Grenelle de l’environnement ne doit pas sombrer dans l’oubli pour cause de crise. La France doit se monter exemplaire dans son comportement écologique. Notre richesse nationale doit aussi être mise au service de la planète, pour aider les plus pauvre à vivre dignement sans massacrer notre environnement commun.

Agir au niveau local

Chaque collectivité locale détient une partie des solutions en matière de réchauffement climatique. Les politiques d’aménagement des territoires, les politiques d’urbanisme, les politiques d’industrialisation, les politiques des transports publics, les politiques de traitement des déchets… sont autant de leviers qui permettent d’agir sur nos comportements et sur leurs conséquences climatiques.

A chaque niveau, chaque responsable politique doit être conscient du triple enjeu de toutes ses décisions : enjeu économique, enjeu social et enjeu environnemental. C’est à ce prix que nous pourrons participer à une humanité durable.

Agir au niveau individuel

Il ne faut surtout pas croire que le réchauffement climatique est seulement l’affaire de nos gouvernants et de nos édiles locales. Chacun d’entre nous est concerné par ce risque majeur, lié à l’empreinte indélébile que l’homme est en train de marquer sur son environnement.

Plutôt qu’un discours, voici 20 gestes simples pour atténuer le risque de réchauffement climatique :

  • Je choisis des fruits et légumes produits localement  : 21 kg de CO2 par an
  • J’utilise pour cuisiner une cocotte-minute : 30 kg de CO2 par an
  • J’éteins la lumière dans les pièces inoccupées : 35 kg de CO2 par an
  • Je consomme du lait biologique : 46 kg de CO2 par an
  • Je choisis des fruits et légumes frais au lieu de surgelés : 58 kg de CO2 par an
  • Je cuisine toujours avec un couvercle sur les casseroles et les poêles : 60 kg de CO2 par an
  • Je remplis au maximum le lave-linge et choisis la température basse : 67 kg de CO2 par an
  • Je remplace 5 ampoules classiques par 5 ampoules fluo-compactes : 72 kg de CO2 par an
  • Je ferme les rideaux dans les pièces chauffées : 109 kg de CO2 par an
  • J’évite de laisser en veille les appareils audiovisuels : 111 kg de CO2 par an
  • Je prends une douche plutôt qu’un bain : 112 kg de CO2 par an
  • Je remplace le papier blanc par du papier recyclé : 113 kg de CO2 par an
  • J’élimine régulièrement le givre des parois du congélateur : 158 kg de CO2 par an
  • Je réduis de 300 grammes par semaine ma consommation de viande : 180 kg de CO2 par an
  • Je pratique l’éco-conduite : 218 kg de CO2 par an
  • Je ferme toujours les portes des pièces chauffées : 262 kg de CO2 par an
  • Je passe 3 minutes de moins sous la douche : 301 kg de CO2 par an
  • Je diminue la température de chauffage de 1°C : 306 kg de CO2 par an
  • Je ne chauffe que les pièces de la maison qui sont utilisées : 364 kg de CO2 par an
  • Je n’utilise pas l’air conditionné dans la voiture : 420 kg de CO2 par an

Si vous vous sentez concernés par la lutte contre le réchauffement climatique, vous pouvez soutenir l’initiative du collectif Copenhague 2009 : L’ultimatum climatique.

L’appel adressée au Président de la République a été rédigée sous l’égide des onze organisations non gouvernementales suivantes : WWF-France, Greenpeace France, Action contre la Faim, Care France, FIDH, Fondation Nicolas Hulot, Les amis de la terre, Médecins du Monde, Oxfam France Agir Ici, Réseau Action Climat et Secours Catholique.

Conclusion provisoire

La lutte contre le réchauffement climatique est une impérieuse nécessité si nous voulons éviter le chaos climatique. L’objectif de limiter le réchauffement à 2°C d’ici la fin du siècle n’est possible que si nous acceptons des mesures radicales et une remise en cause de notre manière de vivre et surtout de consommer.

Rien de satisfaisant ne sera possible sans une action concertée à l’échelle de la planète, entre le Nord et le Sud, entre l’Ouest et l’Est. Rien ne sera possible sans une participation volontariste de chaque individu.

Rien de satisfaisant ne sera possible sans une réelle prise en compte de la pauvreté qui sévit dans une partie monde. Rien ne sera possible sans mettre un terme au gaspillage qui accompagne notre société de consommation.

Rendez-vous à Copenhague…

À très vite !

BGR

Magie du Pays Basque et du Béarn 4

la règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle car nous ne penserons jamais tous de la même façon

Bookmark and Share
  • Wikio FR
  • Facebook
  • Twitter
  • MySpace
  • Digg
  • Netvibes
  • Technorati
  • Google Bookmarks
  • Live
  • Print this article!
  • E-mail this story to a friend!

8 commentaires pour De Kyoto à Copenhague (4/4)

  • Thierry P.

    Bonne conclusion de ta série. Les enjeux sont énormes. A chacun de contribuer à son niveau. A cet égard, j’aime beaucoup cette liste de petits gestes du quotidien que chacun peut effectuer sans mal.

  • Thierry P.

    Bonne conclusion de cette série qui fournit un état des lieux de tous les enjeux et défis auquel devra(it) répondre le sommet de Copenhague.
    J’aime beaucoup la liste des petits gestes à accomplir avec leur contrevaleur en CO2. Ces gestes ne demandent pas de gros « sacrifices ». Il suffit de vouloir reconsidérer quelques habitudes.
    Et qui sait… à vite sur Agoravox ;-)

  • Un grand merci Bernard de ces 4 billets. Oui je trouve moi aussi ce listing de petits gestes très utile et finalement tellement simple à mettre en pratique. Il est donc facile de devenir acteur dès la prise de conscience du problème.

    Ne pourrait-on rajouter aussi le tri des déchets (en achetant de préférence des produits à l’emballage réduit au minimum) et surtout le choix du moyen de transport ?
    Revoir l’achat justifié ou non d’une voiture, la choisir beaucoup moins puissante, faire du co-voiturage, prendre les transports en commun ou… marcher !

  • Ah Bernard, je crains fort que cette fois-ci tu ne puisses refuser : Tagué mon ami ! Que faisais-tu à 23 ans ?

  • BGR

    Merci Thierry et Françoise.

    Cette série n’a pas déchaîné les foules !
    J’avoue une certaine angoisse devant cette désaffection…

  • Thierry P.

    @ BGR
    Je salue encore ton travail de fond.
    As-tu eu des nouvelles d’Agoravox ?

  • BGR

    Merci Thierry.

    L’article est en attente de validation depuis le 11/11 chez Agoravox.

  • Parmi les gestes utiles, nous pratiquons activement le recyclage du papier.

    Pour illustrer cela, voici Papier recyclé (http://www.jamendo.com/fr/track/474708) : une chanson, sur les étranges réincarnations du rapport d’activité d’une grande société côtée en bourse